COMMUNIQUÉ DE PRESSE RELATIF À L’AFFAIRE « LE MAIRE DE MARCORY BASTONNÉ À LA CITÉ HIBISCUS »

 Les faits

Dans la journée du samedi 2 Mai 2015, le Maire Raoul ABY s’est rendu à la Cité hibiscus suite à une information faisant état de vives tensions dans ce quartier.  Le Maire une fois sur les lieux, entreprend de s’entretenir avec les responsables de la cité et ceux de la société Azalaï (Hôtel en construction sur le Boulevard VGE). Quelques jeunes du quartier interrompent bruyamment cet entretien et prennent verbalement le premier magistrat de la commune à partie.  Pour éviter une aggravation de la situation, le Maire préfère quitter les lieux et rejoindre son cabinet sis en Zone 4.

L’origine des faits

Le Maire Raoul ABY a été saisi courant Mars par les riverains de la Cité Hibiscus d’un conflit entre eux et la société Azalaï portant sur une enveloppe de 12 millions fcfa. Cette enveloppe est le fruit d’une convention qui permet à la société Azalaï d’utiliser des locaux de la cité hibiscus comme bureaux administratifs le temps de la construction de l’hôtel Azalaï (sur le Boulevard VGE). Les riverains notamment certains jeunes du quartier estiment ne pas avoir perçu en totalité cette enveloppe.

Rappelons que cette convention précède l’élection du Maire Raoul ABY qui par conséquent ne peut avoir perçu cette enveloppe d’aucune façon.  Mais l’administration étant une continuité, le premier magistrat qu’il est endosse le dossier et enclenche  une sortie de crise qu’il pense heureuse pour la cité.

Son conseil aux populations : à défaut de retrouver les traces du liquide déjà perçu ou d’y perdre un temps précieux, engager la société Azalaï à faire des travaux d’utilité publique pour la cité en compensation du montant volatilisé et de ceux à venir pour éviter que le même cas de figure ne se reproduise. En clair utiliser cet argent pour la cité au lieu de se le partager. Et c’est pendant que ces conciliabules sont en cours que les évènements malheureux du samedi 2 Mai sont survenus.

En conclusion

Le Maire voudrait en appeler à la vigilance des uns et des autres, parents comme enfants afin de ne pas se laisser aveugler par ce qui n’est pas essentiel. De notre vigilance à tous dépendra le développement de notre cité car aucun essor n’est possible sans quiétude.

Leave a Reply

captcha *